Le thé, de la légende à la tasse…



Le thé, de la légende à la tasse…

Amateur de thé, la première chose à laquelle on pense en savourant une tasse de ce délicieux breuvage, n’est pas nécessairement son histoire ! Pourtant, cette histoire commence par des légendes… Incertaines, comme beaucoup de légendes ! Pourquoi ne pas rassembler quelques amis pour confronter ces légendes et partager autour d’une belle théière d’où s’échappent quelques effluves parfumés, cette histoire du thé à travers les âges !

 

Légendes de thés

 

Il était une fois… Mieux vaut commencer comme s’il s’agissait d’une histoire ! En effet, d’une rumeur à l’autre, le thé n’a pas qu’une légende. L’une d’elle voudrait qu’un disciple de Bouddha, un dénommé Bodhidharma, s’étant endormi en pleine méditation, décida de sacrifier ses paupières pour se punir des rêves sensuels nés de ce sommeil. De ses paupières tombées au sol, poussèrent des plantes dont les moines bouddhistes firent une boisson pour éviter qu’ils ne s’endorment en méditant.

 

Il était une autre fois… 2737 ans avant J.C., un certain Shen Nong, héros de la mythologie chinoise dont il serait un des trois augustes, se reposait au pied d’un arbre. Quelques feuilles de cet arbre tombèrent dans de l’eau tenue au chaud sur un feu de camp. Intrigué par le liquide bruni, l’homme curieux, décida de le gouter. Il apprécia l’arôme de ce breuvage mais aussi ses propriétés stimulantes. Ainsi naquit le thé ! Ce Shen Nong n’est pas le premier venu… L’histoire veut que, mi-homme mi-buffle, il ait fait découvrir l’agriculture au peuple de Chine. Soucieux de santé, il se préoccupa de médecine préventive à base de plantes, la phytothérapie.

 

Il était encore une fois… Beaucoup plus près de notre ère (200 ans avant J.C.) et de la réalité, dans le Sud-Ouest de la Chine, le Yunnan. C’est là qu’apparait l’usage du thé. D’abord comme boisson thérapeutique, puis comme boisson pour les nobles dynasties chinoises avant que cette boisson ne se répande auprès de la population.

 

La forme première d’utilisation du thé a été de compresser les feuilles sous formes de briques avant de les faire chauffer pour les réduire en poudre. C’est cette poudre qui, mélangée à de l’eau bouillante était consommée. C’est la dynastie des Ming qui lança l’usage que l’on connait aujourd’hui : faire infuser les feuilles de thé.

 

Le thé commence à voyager et séduire le monde

 

Devenu une boisson quotidienne en Chine, le thé va commencer à s’exporter. Il empreinte les différents axes commerciaux de l’époque. Dès le 10ème siècle, la Chine commence à exporter le thé qu’elle produit. Il arrive d’abord au Japon où il va s’instaurer comme un art de vivre dès le 15ème siècle, notamment porté par la philosophie bouddhiste.

 

La première cargaison de thé arrive en Europe, à Amsterdam en Hollande, transporté par la Compagnie des Indes orientales créée par Colbert. Les Français puis les Anglais découvrent le thé. Lorsqu’un certain Thomas Garraway commence à servir du thé à Londres, dans un coffee-house. Peut-être intrigués par la publicité qu’il affiche « excellente boisson, approuvée par tous les médecins chinois, que les Chinois appellent Tcha… » les Anglais sont séduits et le thé commence à faire fureur Outre-manche !

 

Que le thé soit servi avec du lait, du citron, avec ou sans sucre, il prend place au sein de la culture et de l’histoire britannique. En 1672, un serviteur du baron Herbert à Londres donne ses instructions pour faire du thé : « prendre un litre d'eau de source juste bouillie, mettre une cuillerée de thé et sucrer. Dès que le thé et le sucre sont dans l'eau, faire infuser un quart d'heure en gardant la chaleur, mais sans bouillir. Faire tiédir les petites tasses avant que le thé y soit versé ».

 

La consommation du thé ne cesse d’augmenter. Le transport du thé devient un enjeu économique, tant et si bien que des voiliers légers empruntent désormais les grandes routes maritimes entre l'Europe et l'Amérique. A partir du 19ème siècle, les Anglais décident d’introduire la culture du thé dans d’autres pays que la Chine, qui a du mal à produire. Ils font cultiver le thé en Inde puis à Ceylan. Ils développent des plantations de thé aussi en Afrique et sur l’Île de la Réunion.

 

En France aussi, malgré quelques controverses élevées par des médecins, le thé séduit la population. De grands noms comme Racine ou Madame de Sévigné évoquent leur intérêt pour le thé. Quand au Cardinal Mazarin, il déclare boire du thé pour soigner sa goutte !

 

Le thé en quelques chiffres…

 

Aujourd’hui, le thé est la boisson la plus consommée dans le monde. La production mondiale représentait quelques 4 millions de tonnes (près de 130 kg/seconde) en 2010.
La Chine est toujours le premier pays producteur de thé, avec 33% du marché mondial.
La consommation mondiale de thé a progressé de 5,6% en 2010.
L’industrie mondiale du thé représente 25 milliards d'euros pour 1.500 variétés actuellement recensées.
Le taux de croissance de la production mondiale de thé noir pourrait atteindre près de 2% par an à 2020. Celui du thé vert pourrait être de 7%.
En France, la consommation de thé était de 8.600 tonnes en 1995 pour atteindre plus de 15.000 tonnes en 2010. Cela représente environ 230 grammes par personne et par an.

 

 

 

Le Double Bonheur

Version mobile